Il y a de la rhubarbe au Manoir !
12 juin 2015
On nous a livré l’été !
29 juin 2015

Bretonnes

Quoi de plus original qu’une balade en terre bretonne à travers les coiffes de ces dames ?

a6a44db2ef6c4f667b8a4403a47cb9b6

crédit Photo Charles Fréger

Certes elles ont disparu de notre quotidien ces jolies coiffes de dentelles, perchées, ornées, attachées, et faisant fi du vent bien décidé à les faire voler ! Elles se nomment Cornette du Trégor, Coiffe le Coq, Toukenn, Capot de deuil, Queue de langouste, Coiffe Bigoudenn, Marmotte ou Jenoss … Nous les apercevons désormais si nous nous déplaçons pour un Pardon, et là, le touriste qui assiste pour la première fois à ce genre de procession,  pourra observer que le costume noir de la femme, surmonté de la coiffe blanche rappelle, dans son ensemble, les anciens costumes monastiques. Impression renforcée par l’attitude réservée, ou recueillie, de ces femmes, en harmonie avec leur costume.

Mais n’oublions pas qu’elles ont réellement  coiffé nos aïeules durant des générations ! Mon bon vieux manoir a du en voir passer, de ces hirondelles noires et blanches, actives, laborieuses, dures à la tâche, comme l’étaient nos ancêtres costarmoricaines.

charles_freger_bretonnes_2011_2014_019-300x229

crédit Photo Charles Fréger

Ces jolies et désormais inutiles coiffes se retrouvent parfois dans la publicité, et là, se font espiègles, portées  par de vieilles dames au visage rieur et buriné.

Le photographe Charles Fréger,  à l’affiche de 4 expositions estivales , dont celle de St Brieuc au  Musée d’Art et d’histoire de St Brieuc, dresse un inventaire plein de poésie de cette culture vestimentaire des femmes bretonnes. Il  nous en offre une vision délicate, et assurément contemporaine ! Une vraie collection haute couture.

les-bretonnes-de-charles-freger-ici-de-passage-a_2390265_660x384

crédit Photo Charles Fréger

A voir aussi à

Guingamp au Centre Gwinzegal

Rennes  au Musée de Bretagne – les Champs Libres

Pont-L’abbé au Musée Bigouden

Toutes les photos  de cet article sont empruntées au photographe Charles Fréger( Merci à lui)

Et si vous avez quelques minutes, vous pouvez répondre en ligne à la fondamentale question suivante :  Sommes-nous folkloriques ?

Mais c’est promis, c’est juré, je ne vous recevrai pas en coiffe lors de votre prochain séjour au manoir !

A bientôt,

Nathalie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *